/// Sébastien Ayreault par le E. – chronique le bouquin – ///

.
[[[ pour s’abonner aux publications de ce site… (format RSS) : clic ! ]]]

///

Actualité du Môsieur… : Loin du Monde…

///

« le livre sur le frigo » (journal/extrait) 2011-03-18/E.5131

.
il est 3H10. j’ai fini de lire le bouquin. et pas envie de dormir tout de suite.

Sébastien Ayreault, Dieu vit au-dessus du frigo, Editions Ex Aequo.

récit court, efficace. retour sur les années 80, les baffes dans la cour de récré, la terre des vergers, la Gauldo au bec, la R12.

des maisons de grands-mères, les murs ont des oreilles, un oeil, une pièce sous le cimetière, le sous-sol d’un pavillon.
les liens familiaux, le voisinage, la télé, la voisine d’en face : tout y passe. on y est.
les images sont percutantes, elles t’y ramènent, t’offrent un voyage retour vers… tes dix ans.

c’est l’âge de David. il s’apprête à quitter définitivement la période de latence, l’enfance, tandis que son père s’apprête à quitter la vie, en fin de récit.
dans quelques instants, David accèdera au dessus du frigo et en descendra un livre.
il découvre ce qu’ont les filles entre les jambes : « rose et vertical ».

et pour ne retenir du récit que ce dernier aspect, je proposerais ces quelques fragments, sans rien en dire de plus, non, rien, pas de commentaire, c’est pas ma partie :
« je tremblais, et mon coeur n’était plus qu’une bête », « du coeur jusqu’à la tête, mon sang coulait à gros bouillon », « décharges électriques »,
« des petites étincelles pleines de nerfs », « mal dans la tête », « me sens si dégueulasse après « …

« COUPABLE ! », « l’enfer, j’avais foutu le pied en enfer ».

ce n’est que le début, mon p’tit gars (car pour le livre on en restera là)… et peut-être ainsi jusqu’à la mort.

E.

Page de Sébastien Ayreault :
http://ayreault.blogspot.com/2010/11/dieu-vit-au-dessus-du-frigo.html

Page Facebook : https://www.facebook.com/ayreault

Actualité du Môsieur… : Loin du Monde…

///

À propos de humtoks

un parmi d’autres /
énième copiste /
fasciné par l’imposture /

un œil, une oreille, une cervelle, parfois…

Ce contenu a été publié dans chronique le bouquin, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.