/// les hum.eurs du sieur E. -17- ///

 » la campagne -8-« 

le E. s’est dit : « merde, il va donc falloir faire de la politique…
y passer plus de temps encore.

l’aut’ y s’pose pas d’questions… y sort son flingue une fois tous les cinq ans, vote là où l’instinct lui commande… ne s’essuie même pas, ni ne se lave les mains. toi, tu vas y passer des soirées, des nuits… des week-end.

quand t’auras un peu avancé c’est ton propre camp qui te balancera des coups de hache dans la nuque… et c’est le jeu, semble-t-il…

et pourtant si tu abandonnes tout est perdu… ».

le E. a écrit son « les hum.eurs du sieur E. -1- » pour narrer l’inéluctable réélection du président.

bah ouais, tu ne t’en rappelles peut-être pas, mais le E. comptait être fidèle à la ligne éditoriale et parano(e) entamée avant les élections de 2007. c’est ce qu’il avait décidé… et puis… il s’est ravisé… et a raconté l’histoire d’un engagement. engagement qu’il croit plus que jamais « utile ».

le E. écrit ce texte tardivement. tout le monde est couché, mais tout le monde ne dort pas. dans la cervelle de beaucoup, ça doit tourner à l’heure qu’il est. que vivons-nous ? pourquoi ces chiffres, comment ? quelle idée du pays dans lequel nous vivons ? que peuvent en penser les pays étrangers ? la honte… et puis la peur… j’ai moins peur de mon voisin que de la france qui a voté « hier »…

eh bien, il est important de se rappeler que la france n’est pas le sud-ouest, que le milieu qu’on fréquente n’est pas représentatif de la france entière… non, la france entière vote à 18% pour le pen, à 27% pour sarkozy… (ministère intérieur, 23 avril, 0H14).

*

le E. songe aux discussions et aux « arguments » du type :

– euh…
– hop hop ! la loi du plus fort…

– je ne vote pas, ça sert à rien…

– je ne voterai pour mes idées qu’aux législatives, aujourd’hui je vote « utile »…

– ce mouvement porte mes idées mais il ne passera jamais, alors, je vote « utile »…

à ce train-là, le E. se dit que le changement, c’est pas pour maintenant, ni pour demain…

qu’il attend les législatives pour être véritablement grincheux ou pas… peut-être que les électeurs voteront pour leurs idées, pour changer… imagine… pour leur laisser une chance, minime, peut-être, d’exister…

ah, la colère, mauvaise conseillère…

alors pour commencer, le E. se dit qu’il faut essayer de passer au mieux ce deuxième tour…

des points à régler certainement, des comptes à régler… mais chaque chose en son temps, traitons les affaires dans l’ordre des priorités… n’allons pas lui mettre des bâtons dans les roues, les difficultés seront suffisamment importantes…

*

la colère, ou la honte, c’est d’abord le score du fn, mais aussi l’addition des voix à droite… car s’il y a deux forces de gauche, le E. estime qu’il n’y a qu’une droite… et à la limite une autre petite droite à 9%.

le parano(e) s’interroge alors sur le naturel du français, la rapidité de son galop…

il fait ses petites recherches et trouve qu’en allemagne le parti d’extrême droite dépasse péniblement les 5% et là il a vraiment honte, le E.
il se rappelle s’être dit « quand même, elle est forte… » et ne pas avoir poussé plus loin la réflexion… alors qu’il recevait des alertes… nombreuses, d’un peu partout…
même Aliasse, qui mettait « Les Loups » de Reggiani en boucle dans la voiture…

« le parti de l’amour » avait 68 « j’aime »… le E. n’a pas résisté. il a pensé qu’il lui tendait les bras… comme il s’apprête à lire l’oeuvre érotique de pierre louÿs.

*

hollande va devoir avancer masque baissé maintenant, car sarkozy va le lui retirer… et les ennuis commencent. comment justifier les contradictions ?

et simultanément,
le E. sait qu’il s’apprête à vivre 15 jours pendant lesquels on va taper sur les immigrés…

c’est pas la faute des puissants, des banques, de la finance et des multinationales… c’est la faute des immigrés. en france, nous sommes tous, peu ou prou, des immigrés et pourtant ça vote à 18% pour le pen, à 27% pour sarkozy… ministère intérieur, 23 avril, 0H14.

une situation, une formidable scène de théâtre, une mise en scène, misérable, des puissants.

et deux réponses qui s’opposent :

– s’opposer à l’autre pour n’être pas le plus malheureux…
– vivre avec lui, et s’opposer au metteur en scène…

la droite était décomplexée « amour du bling bling », elle est maintenant décomplexée « haine de l’autre » : les belles valeurs…

*

toujours debout, le E., il ne dort pas. 3H42.

il écrit : « après avoir refusé les débats du 1er tour, le chef de l’état en réclame trois… pourquoi ? ». il préfère ne pas répondre…

il songe à son vote, son engagement, les 6 objectifs à atteindre, se dit qu’il faut publier maintenant, se coucher, se lever demain, en parler avec les potes (filles, garçons, de tous horizons…) et tracer une ligne, un chemin, ensemble. avancer.

 

le tract, qui traîne au sol…
le punaiser, là.

« pourquoi voter Front de Gauche dimanche ?

– faire reculer la haine du FN
– dégager Sarkozy

– partager les richesses

– combattre les marchés

– changer de République

– organiser la planification écologique

un programme qui dit son nom : l’Humain d’abord ! »

quel que soit le nom, une force…

c’est un texte qui s’est choisi lui-même son fil directeur : l’engagement.
utile
utile
utile

salut les parano(e)s !
E.

///

« sans titre, sans voix » ©E.5131

///

avril 23rd, 2012 by