Category: dans les coulisses

octobre 19th, 2013 by humtoks

.

[[[ pour s’abonner aux publications de ce site… (format RSS) : clic ! ]]]
.

///

à l’occasion de tel ou tel appel, le E. s’exerce…

une fois le texte achevé (rarement) ou abandonné (plus souvent qu’à son tour), il passe à autre chose…

alors, l’explication : ce texte a été écrit (et proposé / événement rarissime puisque… unique, semble-t-il / et refusé…) à l’occasion de l’appel à textes de la revue Dissonances (n°24, été 2013).

le E. vous en souhaite bonne lecture

(à voix haute, en principe… les textes du E., hein…)

.
et si tu veux t’accompagner d’une bande sonore… tu cliques là :

http://syn-anton.bandcamp.com/track/bois-des-racines-edit-version

///

.
[ema] ©E.5131 / janvier, février 2013

 

je songeais à ça, l’autre soir, le cou à l’équerre

la face au jardin

plongé dans la nuit – peupliers – un bougeoir dans le dos

 

et la fenêtre entr’ouverte, entre toi et moi

et l’œil sur l’applique

et…

oui, point

 

ces petites bêtes qui se guident à ta lumière, s’introduisent et se collent au plafond et ne bougent plus, tu vois ?

 

séduites, minuscules, transparentes, allongées

d’une finesse pareille à celle

du plancton marin. insectes des marais et du soir…

une grosse tête pour un corps tout fin… quand elles sont là, elles sont là

 

tu – as laissé la fenêtre ouverte

la lumière allumée

entre autres mots : tu – les as invitées

 

en place. à l’orée de la fenêtre, à l’approche de l’ampoule

épinglées là – en terrain par trop aimable

alors… alors ?

 

plus un geste, pas un mouvement !

 

et tu clos – la nuit

prends l’escalier, rejoins ta couche et songe… ou rêve…

 

.
et des mois plus tard,

elles sont là, elles n’ont pas bougé. aucun déplacement, ni furtif, ni rien

 

elles sont là

collées au plafond, installées là, avec leurs gros yeux noirs

et presque leur sourire

 

tu t’échines en cuisine, tu regardes un mauvais film, tu joues aux cartes, mènes le petit au bout…

elles sont là

que tu ouvres ou fermes l’œil, les volets

quand tu dors…

 

elles sont là

 

///

 

lancinant

à petits pas

ou de grande envergure

derrière la porte, au coin de chaque rue, je suis [ema]

 

 (je ne sais plus qui)

 

[ema] tapi, caché, dissimulé, sous le lit, sous l’envie

le parapet… qui saute, te fait sauter

 

partout [ema]

partout… [ema]

 

la petite décharge, régulière, en arrière de ta nuque, à la façon de l’horloge, chaque seconde qui palpite, tic, tic, la nuque… qui te pousse du doigt, hors la cage. toc toc…

 

je m’explique :

 

de même que j’ouvre la porte qui doit rester fermée

je t’ouvre l’œil, je t’apprends à voir, à désespérer – la lucidité ? la belle affaire… le ravissement vain

une marche, le parapet

j’accompagne ta progression, te soutiens – tu manques de force

la paume de ma main sous ton coude affaibli

 

et te voilà au-dessus des eaux boueuses et dangereuses

im-pé-tu-euses, à gros bouillon…

« la fange », dont vous parlez à l’envi…

 

et c’est le plus beau moment de ta vie !

 

enfin, tu vois… !

ah, ça ! d’étranges choses… et ne m’en parle pas !

ah !

si la chair s’exprimait…

 

et je t’apprends que tu es en vie

et je t’apprends à poursuivre

 

l’œuvre, ton œuvre, la vôtre : la mienne !

me voilà enchanté… ! c’est l’enthousiasme… et je m’égare

 

les arts… les arts…

plein de moi(s) !

 

point !

oui

 

///

 

[ema] inspire, se nourrit de tout

 

du manque de vigueur au surplus, à la vidange nécessaire…

accroupi(e), je t’accompagne, me repais

sur ta cuisse entr’ouverte, sur ton jardin épais

je lis dans vos livres, dans vos cervelles inquiètes

 

m’inspire, me nourrit de vous

 

du troc. entre nous

je ne suis jamais repu

 

tchin !

 

[ema] partout, qui t’illusionne, te met à bas ou te montre d’autres vrais

 

et tu dis : « [ema]… s’abat sur moi, je ne sais plus qui »

 

et moi

le sourire posé sur tes souffrances

dans l’ombre de tes pensées peu fières

 

dans le fruit de tes entrailles, dans la chaleur qui fuit, la pression sur la cervelle

l’éclatement en étoiles

 

je suis [ema]

la douleur

la joie

 

ô mon dieu !

 

(je ne sais plus qui…)

m’a créé

je porterais deux ailes

 

je suis, je suis, je suis

 

on dirait que je serais…

 

lemal

 

©E.5131


///

©E.5131

"que vois-tu...?" ©E.5131

« alors, que vois-tu…? » ©E.5131

///

Posted in dans les coulisses, images, journal/extrait, promenade, textes Tagged with: , ,

mars 4th, 2013 by humtoks

.
« salut les parano(e)s ! »

E.

///

si tu as l’habitude de lire le E. sur la toile (depuis 2007… oui, oui…)
tu connais ce joli slogan, cette annonce de type contre-pied…
cette devise des temps modernes et anciens
ce bonjour de reconnaissance…

« salut les parano(e)s ! »

///

eh bien, le vieux cri de guerre du E. a fini par l’emporter…

il ne s’est pas désolidarisé, non, mais trace une ligne à la craie… avec des pointillés

les purs parano(e)s n’auront plus à subir les mièvreries Bahçaalorsienne, les textes pseudo-toc-toc, les chroniques hum-hum et les images à la mords-moi-le-blanc-du-noir…

ils iront direct chez les maboules, paranoïaques de profession…
j’ai nommé E.5131 et Hum Toks en vadrouille, échappés de l’HP, qui jouent Cassandre au théâtre du coin…

pour lire, c’est là :

http://humtoks.wordpress.com/

pour être informé via FB, c’est là :
https://www.facebook.com/Salut.les.Parano.e.s

et si tu t’y perds… sache que
non seulement je ne peux rien pour toi

mais qu’en plus, ça me/nous fait plaisir…

E.

salut les parano(e)s !

///

« la vigilance » ©E.5131

« la vigilance… » ©E.5131

///

Posted in dans les coulisses, images, les hum.eurE.s Tagged with: , , ,

janvier 29th, 2013 by humtoks

 

[[[ pour s’abonner aux publications de ce site… (format RSS) : clic ! ]]]
.

///

« journal/extrait » 29-01-2013 / E.5131

.
Le E. et le Syn- sont malades…
alors ils prennent des nouvelles l’un de l’autre

en profitent pour se prévoir un ‘tit concert des familles en mai à Paris…
par téléphone…

l’un se plaint de la gorge, l’autre aussi
l’un se dit grippé, l’autre fébrile
l’un se soigne à l’arsenic, l’autre attaquera demain…
tisane au thym, ça tu peux être sûr…

— z’ai mal à la têêête…

faut les entendre se plaindre les deux mâles malades…

— bon, je retourne sous la couette… bises
— moi, aussi. avec Nina Bouraoui
— et moi, avec Fred Vargas

collaboration(s) à venir…?
vont fermer les yeux, s’endormir, et…

E.

///

« Syn- / E.5131 / -Manolo on Juliet- » © C.Tertre (modif E.), Gare au Théâtre, 07.07.07.

« Syn- / E.5131 / -Manolo on Juliet- » © C.Tertre

///

Posted in dans les coulisses, journal/extrait, Syn- Tagged with: , , ,

janvier 26th, 2013 by humtoks

[[[ pour s’abonner aux publications de ce site… (format RSS) : clic ! ]]]
.

///

récit en cours d’écriture…

c’est là que ça se déroule, pour une part…

vois-tu… ?

///

les voitures, les réverbères au loin
et pas un bruit. le vent éloigne les inopportuns

lassé
je me laisse porter par les étoiles. le cul sur une chaise longue, les pieds sur le siège vert-marron, vermillon du jardin, qui accueille aussi mes sandales, mi-cuir, mi-plastoc, l’esthète
on m’appelle… à l’occasion
la belle époque
les jambes à l’horizontale, pouces croisés, les photos prises l’été passé
entre l’index et le majeur
tu les vois ?

la fumée s’extrait du cendrier, rejoint les cieux
suis comme un pneu crevé, puant

les gouttes, une deux trois quatre…
il pleut
pas soleil

pas soleil, elle répète

oui… c’est ça

c’est son rôle »        — écriture en cours… — ©E.5131

///

« là, derrière… » ©E.5131

« là, derrière… » ©E.5131

///

 

Posted in dans les coulisses, en cours d'écriture..., en passant, images, promenade, textes, travail en cours... Tagged with: , , , , ,

janvier 26th, 2013 by humtoks

[[[ pour s’abonner aux publications de ce site… (format RSS) : clic ! ]]]
.

///

récit en cours d’écriture…

c’est là que ça se déroule, pour une part…

vois-tu… ?

///

« du jardin
en bas

là où s’abandonnent les feuilles
mortes, jaunes, jeunes

j’observe le coteau et son village
au creux

la rivière qui déboule, fière et relie les terres
sous un soleil qui donne ses dernières forces

au fond, la cime des arbres
la forêt des pendus plonge ses racines

dans les terres à verger

je ne suis qu’un enfant, adopté du pays…
mais je sais des choses
j’en sais, des choses…

les jours s’enfoncent dans l’automne
et je ne sais

si
la lumière

se fait jour ou disparaît, à cet instant
j’ai

encore le goût
du livre sur les lèvres… »     — en cours d’écriture… — ©E.5131

///

« les profondeurs de l’automne… » ©E.5131

"les profondeurs de l'automne" ©E.5131

///

 

Posted in dans les coulisses, en cours d'écriture..., images, promenade, textes, travail en cours... Tagged with: , , , ,

janvier 23rd, 2013 by humtoks

[[[ pour s’abonner aux publications de ce site… (format RSS) : clic ! ]]]
.

///

récit en cours d’écriture…

c’est là que ça se déroule, pour une part…

vois-tu… ?

///

« silences… » ©E.5131

"silences..." ©E.5131

///

Posted in dans les coulisses, en cours d'écriture..., images, promenade, textes, Uncategorized Tagged with: , , , ,

janvier 21st, 2013 by humtoks

[[[ pour s’abonner aux publications de ce site… (format RSS) : clic ! ]]]
.

///

récit en cours d’écriture…

c’est là que ça se déroule, pour une part…

vois-tu… ?

///

« là, l’isolement… »

"là, l'isolement..." ©E.5131

///

Posted in dans les coulisses, en cours d'écriture..., images, promenade, textes Tagged with: , , ,

janvier 20th, 2013 by humtoks

[[[ pour s’abonner aux publications de ce site… (format RSS) : clic ! ]]]
.

///

récit en cours d’écriture…

c’est là que ça se déroule, pour une part…

vois-tu… ?

///

« puis, le village… » ©E.5131

"puis, le village..." ©E.5131

///

Posted in dans les coulisses, en cours d'écriture..., images, textes, travail en cours... Tagged with: , , , , ,

janvier 3rd, 2013 by humtoks

[[[ pour s’abonner aux publications de ce site… (format RSS) : clic ! ]]]
.

///

.
« Alors, on dirait qu’on construirait comme une maison… »
(Hum Toks / E.5131)

.
Les ami(e)s, nous y voilà.

Nous avons vaincu, tous, (une fois de plus), la fin du monde…
Nous sommes là.

Alfée aussi, en veille, un peu…
Et pourtant, 2013 souffle à son oreille :

« Alfée, réveille-toi…, le monde t’attend. Les petits, les grands… Ta présence, ta petite musique, tes mots… ».

Alfée…

Vous savez son activité, vous savez l’implication d’Agathe*, des différents acteurs-intervenants…
à l’arrière, qui soutiennent.

Alfée cherche à exister, en tant qu’association, en tant qu’organisation, en tant qu’énergie résistante, inébranlable, novatrice…
pérenne.

Elle cherche des forces actives, un toit protecteur, des fenêtres ouvertes sur le monde, des murs de soutien…

Alors,
On dirait… qu’on construirait comme une maison… une grande pièce, pleine des fortes individualités qui tournent autour d’Alfée… venant de tous horizons…

Et on s’interrogerait : « Qu’est-ce qu’Alfée, que serait Alfée ? », en prenant un café, un thé, une tisane, une Chimay bleue… et on passerait à l’action, avec nos armes (instruments de musique, crayons, claviers, feuilles, supports variés, mots, couleurs, lignes, toiles, etc.)

Une association d’artistes, ou non, qui mettraient un peu de leur force, ponctuellement ou sur la longueur, dans ce projet commun…

Cette solidarité ne peut ne se mettre en place qu’avec l’adhésion de nombreux soutiens.

Qui dit « adhérer », dit : participer, offrir un texte, une mélodie, une création graphique, photographique, monter un projet pour faire connaître Alfée, participer à l’aventure.

Qui dit qui « adhésion », dit « petit papier à remplir et à retourner » à Alfée « accompagné d’un chèque ».

Et c’est parti pour l’adhésion 2013, année civile… !

Fort de votre soutien, Alfée démarchera de nouveau, de nouveau… les structures…

L’art… un point de vue autre sur le monde, sur l’autre… qui fait pousser les fleurs, les mélodies, les couleurs, et ne laisse pas le médical seul. Nos énergies sont complémentaires : c’est le secret… L’enfant (et même le plus grand) le sait…

Par chez moi (adopté que je suis par cette terre…), on dit :
« Chabatz d’entrar »**.

Hum Toks / E.5131, pour Alfée Compagnie

///

1) je partage ce texte (ou cette page) sur la toile
2) j’adhère moi-même à Alfée Compagnie, en renvoyant le bulletin d’adhésion et le chèque (à l’ordre d’Alfée Compagnie) à :

Alfée Compagnie
49 rue D’Orsel
75018 Paris

3) je fais ami(e)-ami(e) sur Facebook ou Myspace (- bulletin d’adhésion -)
4) je fais des propositions, participe aux projets…
5) d’une manière ou d’une autre… je fais vivre Alfée Compagnie…

///

* interview en 2 parties dans “leblogdudoigtdansloeil” : Agathe -1 / Agathe -2-

** « finissez d’entrer », en patois limousin… comme une invitation…

///

“AlféE.” ©E.5131

« AlféE. » ©E.5131 

///

Posted in dans les coulisses, images, projets à deux têtes ou plus... Tagged with: , ,

décembre 17th, 2012 by humtoks

.
[[[ pour s’abonner aux publications de ce site… (format RSS) : clic ! ]]]

///

.
si je vous le disais, vous ne le croiriez pas, alors je ne dis rien. non, non, j’insiste…

Bah ça alors©

E.

///

« impatience vs étonnement » ©E.5131

"impatience vs étonnement" ©E.5131

///

Posted in Bah ça alors©, dans les coulisses, les hum.eurs du sieur E., textes Tagged with: , , ,