mai 8th, 2016 by humtoks

Les fesses de qui…? Les siennes, les miennes, les siennes…? (Chronique du 5ème roman d’Erwan Larher, par Eric SABA) /// N°5 de Larher ! Son titre : Marguerite n’aime pas ses fesses. . . Je sais que je ne vais peut-être pas lui faire plaisir en disant cela… Toujours est-il que lorsqu’on ouvre un roman d’Erwan Larher, […]

via “Marguerite n’aime pas ses fesses”… — leblogdudoigtdansloeil

Posted in chronique le bouquin, journal/extrait Tagged with: , , ,

novembre 27th, 2015 by humtoks

.
une émotion, en deux temps…

.
bientôt trente ans que j’écris, récits, ou textes rythmés…
à lire à voix haute, toujours…

et ce matin, au bout de la langue, un bout de phrase dont il ne me restait qu’une partie : « ami-e »…

je la fis tourner en boucle, essayant de me rappeler d’où cela pouvait provenir…
de mes textes…? certainement pas !

.
bientôt trente ans que j’écris et rien de très enjoué dans mes lignes…
alors que là, dans les souvenirs de ce texte partiel qui tournait, je pensais percevoir de l’espoir…

.
la première émotion vint de là : j’étais moi-même l’auteur de ces lignes qui aujourd’hui véhiculaient l’espoir… dont on a tant besoin.

.
je me précipitai vers la vidéo, pour entendre, de nouveau…

et vint la deuxième émotion…
sur commande, j’avais écrit un hymne… moi, pour toi, pour eux, pour nous, pour elles, pour celles et ceux qui entretiennent les braises…

sur commande,
une proposition de Christophe…
pour les enfants…
c’était là le secret…

.
« aucun mal, ami-e… »

(le texte se trouve sous la vidéo…)

.
Hum Toks & E.5131

///

.
« si ça souffle, là ?!!! » / E.5131

.
poussée brusque dans not’dos…

pieds au sol

ça souffle, là !

.
mené-e-s

par le vent

qui passe

note après note

autour du cadran

.
goutte après goutte

une bouteille à la mer

soufflée par un zéphyr

qui croque les bougies…

du temps

.
château de paille

démarre sur les chapeaux de… belles envolées !

les chapeaux en espagne

la roue qui tourne

et souffle le vent

.
textes en demi-teinte

échappés des voix

bouches vermeilles ou de cuivre

l’ensemble est d’air

merveilleux

c’est la cour des miracles

.
1+1+1… et tous ensemble…

une joue sur la bise

sur la route du vent

à l’affût des semelles

de l’homme…

ou de l’enfant poète

.
avec le vent tout

s’en va

le moindre souci

chemises à sécher, haut de l’étendard

rayons et souffles, éternuements

.
course folle

en traîneau

c’est blizzard

entends-tu la vaste polaire

sur la plaine,

ami-e ?

.
en arrière le vent

le cuivre en bandoulière

c’est une force qui va

un souffle qui se répand

.
foin des girouettes

délaissées, au fossé,

et de l’avant !

.
partout, dans chaque intervalle

par tous les tons

parmi la ville

et les champs

note après note

un emploi du temps


original !

.
il n’est plus temps de pleurer

comme il pleut sur la ville

décollage à tous les étages

en aérophones

en cornet à piston

démarrage avec la clé de sol ou de fa

trouvée sur la table dans la salle du prof

.
quels drôles de noms !

hélicon, soubasophone ?

ajoutés d’un kankangui, tant qu’on y est !

autant d’armes en armures métal ou non

aucun mal,

ami-e

 

du désir,

du désir,

au creux de l’oreille…

.
2011-02 / E.5131

///

 déjà posté ici : http://humtoks.com/?p=2351

avec une photo prise par Erwan…

Posted in textes, video Tagged with: , , , , , ,

décembre 14th, 2013 by humtoks

.

[[[ pour s’abonner aux publications de ce site… (format RSS) : clic ! ]]]
.

.
comme je sais tout ce qu’il y a d’inexprimé, là

et souhaité, entre les mots…

sous les lignes…

.
qu’a posteriori, j’entrevois, là, ma propre trajectoire…

.
ça me filerait presque la chair de poule…

le Hum

///

(texte à lire sous la video…)

///

.
« si ça souffle, là ?!!! » / E.5131

(à lire à voix haute, comme toujours…)

.
poussée brusque dans not’dos…

pieds au sol

ça souffle, là !

.
mené-e-s

par le vent

qui passe

note après note

autour du cadran

.
goutte après goutte

une bouteille à la mer

soufflée par un zéphyr

qui croque les bougies…

du temps

.
château de paille

démarre sur les chapeaux de… belles envolées !

les chapeaux en espagne

la roue qui tourne

et souffle le vent

.
textes en demi-teinte

échappés des voix

bouches vermeilles ou de cuivre

l’ensemble est d’air

merveilleux

c’est la cour des miracles

.
1+1+1… et tous ensemble…

une joue sur la bise

sur la route du vent

à l’affût des semelles

de l’homme…

ou de l’enfant poète

.
avec le vent tout

s’en va

le moindre souci

chemises à sécher, haut de l’étendard

rayons et souffles, éternuements

.
course folle

en traineau

c’est blizzard

entends-tu la vaste polaire

sur la plaine,

ami-e ?

.
et derrière le vent

le cuivre en bandoulière

c’est une force qui va

un souffle qui se répand

.
foin des girouettes

délaissées, au fossé,

et de l’avant !

.
partout, dans chaque intervalle

par tous les tons

parmi la ville

et les champs

note après note

un emploi du temps

.
original !

.
il n’est plus temps de pleurer

comme il pleut sur la ville

décollage à tous les étages

en aérophones

en cornet à piston

démarrage avec la clé de sol ou de fa

trouvée sur la table dans la salle du prof

.
quels drôles de noms !

hélicon, soubasophone ?

ajoutés d’un kankangui, tant qu’on y est !

autant d’armes en armures métal ou non

aucun mal,

ami-e,

du désir,

au creux de l’oreille…

.
2011-02 / E.5131

///

©EL

©Erwan Lahrer

Posted in journal/extrait, textes, video Tagged with: , ,

septembre 25th, 2013 by humtoks

.

[[[ pour s’abonner aux publications de ce site… (format RSS) : clic ! ]]]
.

« la curiosité, c’est compter combien de grains… », Sigolène Vinson.

2013-09-22_sigolene_curiosite_es

« La curiosité » E.5131

///

« d’un dimanche matin à l’autre » (journal/extrait, 25-09-2013)

— le E. ? il suit…
voilà ce que « on » dit…

creusons… cul par dessus pelle…

tout d’abord, ce n’est pas tout à fait vrai : le E. initie aussi… enfin, il apprend… avec le temps…

ensuite, le E. a érigé ce qui n’était qu’un vague concept inconscient en… mode de fonctionnement / dire « en principe de vie » serait exagéré / quand le temps le lui permet  (et je ne parle pas de la météo…).

le E. s’il suit, c’est qu’il n’aime pas l’aventure (trop peur, brrr… c’est pas un aventurier, le E.),
mais les aventures… oui ! et, oui, il voit là une nuance.

le E. se trouve, par des hasards détournés, d’un temps à l’autre, face à d’étranges individus, tisse, crée, échange… / ça fonctionne, ou pas… / ces individus initient, rendent folle la vie…
le E. est dans les parages… reconnaissant.

2013-09-22_mirebeau_mod_es

©E.5131

l’aventure de ce week-end-là… est la suite d’une aventure entamée il y a fort fort longtemps…

un gars trouvé à bord d’un profil avec une écriture, de l’humour…

alors… pour commencer, on communique par le biais du site… un jour (au moins 6 ans plus tard..), on se rencontre… et 6 mois plus tard, on passe un week-end ensemble… / et puis… le mariage ?

non content de pousser l’aventure, le E. en dégote plusieurs…
ce n’est pas que le temps passe plus vite, c’est surtout qu’il est bien rempli…

le E. s’oublie, le E. se met au service (pas « au garde à vous », ducon, « au service »…), les aventures s’entrecroisent, croisent d’autres aventures… le E. s’envisage « plateforme »…

2013-09-22_e_sigo_es

©E.5131

les aventures s’entrecroisent ? et il y est question de « maison(s) »…

il y a « la belle », « la bleue », et sa fontaine… aimante… la maison d’alfée… et ses projets, son parcours…

il y a « l’ancienne », à caresser, à restaurer. de pierre(s), et, pourtant, d’émotions fortes, dissimulées dans les recoins, de sentiments anciens… enfouis : les souterrains, les faux-plafonds… des coquilles, des graines, la vie…

d’un dimanche matin à l’autre…

©EL

©EL

les deux maisons…

non loin l’une de l’autre

qu’on pourrait jeter des ponts
des passerelles
des traverses…

il y a les maisons, il y a les individus… et les couleurs… le jeu, la nuit, le mime où l’on se montre, les verres et l’on se raconte… sous la lune.

les rencontres, le boucher, la boulangère, la petite place et son marché, son vide-grenier, à l’air libre, tandis que nous enlevons nos masques, emplis que nous sommes de la moindre poussière de la maison qui se découvre…

en quête… la promenade dans les allées d’un petit supermarché… là encore, loin des grandes villes, tu trouveras des pistolets en plastique côtoyant boissons énergétiques et taurines… c’en est désespérant…
ce n’est pas notre univers, ce n’est pas cela que l’on cherche… bien vite, c’est la fuite…

vite, vite, le retour à la maison / retrouver le stylo posé à terre, celui qui la redéfinit… les pelles, seaux et le grand embarcadère, dehors, sous la fenêtre… que d’aucuns, plus terre à terre, nommeront benne… du type 15 m3.

"le stylo" ©E.5131

©E.5131

une pensée pour la dame à la harpe, pour le soleil porté sur scène, et son chapeau et sa boîte et sa serrure… les pandas de tous poils…
une pensée pour l’autre maison : pour les enfants, pour les grands… les idées folles sous forme de dessins multicolores… de notes picorées ici ou là, chant d’oiseau… les uns, les autres… autour des tables, des verres, des mots qui nous réunissent, des projets… autour d’une vision du monde… loin, loin, loin de toute résignation… voilà la force.

voilà où le E. puise la sienne aussi…

.
et je me suis retrouvé, ce dimanche-là, aux alentours de 13H45, assis, le cul posé sur une marche, au milieu du « salon », la paume à plat sur les dalles… revenu, un instant, l’œil clos, la cervelle au vent… parmi les esprits rieurs, avenants, bras dessus, bras dessous… au XVème siècle à Mirebeau.

2013-09-22 13.37.42

©E.5131

à suivre…

///

le site d’alfée : http://alfeecompagnie.wordpress.com/

la page FB d’alfée : https://www.facebook.com/AlfeeCompagnie

tu viens ?

…un peu de correspondance…

///

Posted in journal/extrait, promenade Tagged with: , , , , , ,