juin 20th, 2016 by humtoks

Le 19 juin 2016, à mes petit-e-s, à mes ami-e-s, à celles et ceux qui poseront un œil…

///

Celui qui, malgré tout, en avait 44.
(on n’a pas tous les jours 23 ans…)

.
Quel étrange sentiment !

Parmi : « au milieu, avec, dans le nombre ».*
Ami : [Correspond à l’emploi passif et souvent aussi actif du verbe aimer, la réciprocité étant envisagée ou possible].*

.
Au milieu, pile au milieu. Là, à mi-parcours. Je grave et pose une pierre, un graffiti discret, entre deux grains de blé ou de sésame, parmi les grenats, les agates, les loupes, une brindille, et la poussière et la terre et le fumet d’un brouillard plein, épaissi et le ciel bleu qu’abritent les baleines et les étoiles, et la montagne et la forêt qui veillent, sous les vagues, à l’ombre des immeubles et d’un parc endormi. Je coche la case, je la noircis, j’inscris laborieusement ce joli petit bâton qui creuse, irrégulier, qui s’étale à la verticale, sous les précédents qui figurent les jours : 44 (soit un peu plus de 16 000 jours). Un signe particulier, celui du jour pile, du cœur de la cible atteinte, sorte de pivot qui fait miroir, qui joue le mur, et d’un côté et de l’autre, un grand échiquier dont il faut être son propre roi, et toi, ta propre reine, et ne donner à personne le rôle du pion, et jouer avec les fous, en être un soi-même et plus qu’à son tour. J’ai insisté, j’ai voulu jouer les noirs, les blancs, et j’ai cédé parfois sous le poids de la grisaille. Je suis plein de toutes et tous, enlevé malgré moi, parfois consentant. J’ai suivi tantôt, initié parfois et suis parti escalader les collines et les arbres, à cheval, une jambe de part et d’autre de cet étrange édifice : le mur des 44. Et j’entrevois le chemin, là derrière, ci-devant. Il me reste, jusqu’à l’échéance que je connais, la même distance à parcourir. En ligne droite, à la spirale, virevoltant jusques aux tournants, peinant à la pointe des lacets, à la manière sous-labyrinthique des rires puissants ou sardoniques, ou chaleureux, peu importe puisqu’on s’embrasse et qu’on ne s’embarrasse ni des dires, ni des signes inféconds, ni des écoulements lents, acharnés au mal et croupissants. J’ai pris des contre-pieds, observé les autres organiser le jeu, et j’ai pris place dans l’un des wagonnets en choisissant moi-même mon numéro, mon code-barre : E.5131. Triste clown pour se relever, maquiller la face, mais pas seulement. J’en sais un peu plus…

Sur toi, les autres, mes choix, les autres et j’envisage à l’aveugle l’immense plaine bordée de montagnes hautes, d’étendues d’eaux insondables qui m’épient jusqu’à la rencontre. J’ai pensé réserver ce plat froid – chaud c’est selon, sucré, salé, pour demain, pour le jour pile, sur le grill : bonnav’, copain…! Mais le temps, toujours au gris, ces gros nuages qui s’empilent, et les heures et le cadre qui se réduit, j’ai décidé de ne pas attendre et d’attaquer la veille : je suis lent et jamais ne finis. Rien. Et jamais ne finis rien. C’est à se demander ce qu’il adviendra des promesses du 88 (soit un peu plus de 32 000 jours), avec les derniers mots, le dernier regard, le dernier souffle, puisque je ne finis rien…

Je montre ma face, rien n’efface, rien n’oublie, fais pour le mieux malgré mes lâchetés et détours, ajoutant une pincée de courage et d’ouverture à l’autre, que je dérobe, de temps à autre, à l’étal, ne sachant faire seul.

Il est temps de se retourner, de sourire et d’aller de l’avant, de nouveau… Mais d’abord, donc, puisque c’est le moment qui l’impose, je me pose et je songe aux villes : Bordeaux, Paris, Saint-Cyr-sur-Loire, Amboise, Dreux, Saint-Junien, Poitiers, Limoges et les lieux traversés, visités, dont j’ai conservé l’empreinte, les temps passés, pierres ou mobiliers, pierres à l’état naturel, cailloux, rochers, roches, parois, ou pierres taillées, et ma main posée qui masse, amasse, emmagasine, et surtout, surtout, les prénoms, les visages… toutes celles et ceux dont j’ai traversé la vie. Oh oui, je le sais, j’ai fait cette pénible expérience : sitôt parti, sitôt oublié, ou quasi… Mais pas toujours, merci. Des centaines de prénoms (des visages, des sourires, des cœurs, des regards), qui, même perdus de vue (ponctuellement sûrement), m’accompagnent, même invisibles, parti-e-s trop tôt ou depuis longtemps. Les ami-e-s, la famille et l’intelligence de chacun, son souci de l’autre dont je me suis inspiré pour me construire, et le courage qui luit chez la plupart. C’est de cela que nous sommes faits, je crois : des meilleures parts de celles et ceux qui nous entourent.

Toi qui me souhaites le meilleur ou un bon anniversaire, tu n’imagines pas à quel point tu fais partie de ma vie, à quel point tu accompagnes mes interrogations, mes réflexions, mes décisions parfois, ma volonté d’aller de l’avant. A quel point tu joues un rôle important. Ça vaut pour toutes celles et tous ceux que je n’ai pas encore eu l’occasion de rencontrer, avec qui les échanges sont dématérialisés mais pas virtuels.

Les projets, aboutis ou non, les frictions, les embrassades, l’apprentissage de l’affection reçue et procurée. L’autre, l’autre, l’autre, toujours.

Et s’il est difficile de s’échapper, d’outrepasser les cloisons montées à la hâte, ou patiemment élevées et rehaussées par tel ou telle, ou par soi-même en contrecoup, en résonance négative, il se trouve toujours une main, une épaule et la courte-échelle et toi-même… quand c’est ton tour, tu donnes, tu élèves.

Tu sais le petit mot à l’arrière de ma bagnole-poubelle, la p’tite grise qui sillonne les rues… il y est question d’amour, beaucoup, beaucoup, beaucoup… Je reçois des saluts de la main, des sourires au-delà de la vitre. On continue. 44 de plus, avant le clap de fin. Car je suis là, au milieu, pile au milieu. Là, à mi-parcours.

.
Eric SABA, le 20 juin 2016.

* cnrtl.fr

///

"E. / Syn-" ©PeeAsH

« E. / Syn- » ©PeeAsH

Posted in bio, en cours d'écriture..., fin de série, images, journal/extrait, les hum.eurE.s, textes Tagged with: , , , , , ,

janvier 1st, 2016 by humtoks

.
belle année vers vous, vos proches…

.
Hum Toks & E.5131

///

"2016..." ©E.5131

« 2016… » ©E.5131

///

Posted in images, journal/extrait Tagged with: , , ,

novembre 27th, 2015 by humtoks

.
une émotion, en deux temps…

.
bientôt trente ans que j’écris, récits, ou textes rythmés…
à lire à voix haute, toujours…

et ce matin, au bout de la langue, un bout de phrase dont il ne me restait qu’une partie : « ami-e »…

je la fis tourner en boucle, essayant de me rappeler d’où cela pouvait provenir…
de mes textes…? certainement pas !

.
bientôt trente ans que j’écris et rien de très enjoué dans mes lignes…
alors que là, dans les souvenirs de ce texte partiel qui tournait, je pensais percevoir de l’espoir…

.
la première émotion vint de là : j’étais moi-même l’auteur de ces lignes qui aujourd’hui véhiculaient l’espoir… dont on a tant besoin.

.
je me précipitai vers la vidéo, pour entendre, de nouveau…

et vint la deuxième émotion…
sur commande, j’avais écrit un hymne… moi, pour toi, pour eux, pour nous, pour elles, pour celles et ceux qui entretiennent les braises…

sur commande,
une proposition de Christophe…
pour les enfants…
c’était là le secret…

.
« aucun mal, ami-e… »

(le texte se trouve sous la vidéo…)

.
Hum Toks & E.5131

///

.
« si ça souffle, là ?!!! » / E.5131

.
poussée brusque dans not’dos…

pieds au sol

ça souffle, là !

.
mené-e-s

par le vent

qui passe

note après note

autour du cadran

.
goutte après goutte

une bouteille à la mer

soufflée par un zéphyr

qui croque les bougies…

du temps

.
château de paille

démarre sur les chapeaux de… belles envolées !

les chapeaux en espagne

la roue qui tourne

et souffle le vent

.
textes en demi-teinte

échappés des voix

bouches vermeilles ou de cuivre

l’ensemble est d’air

merveilleux

c’est la cour des miracles

.
1+1+1… et tous ensemble…

une joue sur la bise

sur la route du vent

à l’affût des semelles

de l’homme…

ou de l’enfant poète

.
avec le vent tout

s’en va

le moindre souci

chemises à sécher, haut de l’étendard

rayons et souffles, éternuements

.
course folle

en traîneau

c’est blizzard

entends-tu la vaste polaire

sur la plaine,

ami-e ?

.
en arrière le vent

le cuivre en bandoulière

c’est une force qui va

un souffle qui se répand

.
foin des girouettes

délaissées, au fossé,

et de l’avant !

.
partout, dans chaque intervalle

par tous les tons

parmi la ville

et les champs

note après note

un emploi du temps


original !

.
il n’est plus temps de pleurer

comme il pleut sur la ville

décollage à tous les étages

en aérophones

en cornet à piston

démarrage avec la clé de sol ou de fa

trouvée sur la table dans la salle du prof

.
quels drôles de noms !

hélicon, soubasophone ?

ajoutés d’un kankangui, tant qu’on y est !

autant d’armes en armures métal ou non

aucun mal,

ami-e

 

du désir,

du désir,

au creux de l’oreille…

.
2011-02 / E.5131

///

 déjà posté ici : http://humtoks.com/?p=2351

avec une photo prise par Erwan…

Posted in textes, video Tagged with: , , , , , ,

novembre 5th, 2015 by humtoks

.
je veux bien que l’on doute de tout…
mais la moindre des choses serait de commencer par soi…

.
Hum Toks & E.5131

///

"la liberté et le doute..." ©E.5131

« la liberté et le doute… » ©E.5131

Posted in en passant, images, les hum.eurE.s, les hum.eurs du sieur E., promenade Tagged with: , , , , , ,

mars 22nd, 2015 by humtoks

.
fais commE. tu peux…

E.

///

"Molloy", E.5131

« Molloy », E.5131

2014_10_verticale_oiseau_site

« à la verticale, l’oiseau… », E.5131

2015_03_pigeon_site

« dans l’attente(s) », E.5131

///

Posted in images, journal/extrait, promenade Tagged with: , , , , , , ,

mars 11th, 2015 by humtoks

.
« Limoges, avant tractage… » / 2015-03-10

[ le travail de Christian Beatch : https://www.flickr.com/photos/87228280@N07/ ]

"Limoges, avant tractage...", E.

« Limoges, avant tractage… », E.

///

Posted in images, promenade Tagged with: , , , , , ,

août 19th, 2014 by humtoks

.
de la boue sous la semelle…

qu’en a fait… un logo

.
Baudelaire, au XXIème siècle…

Hum

.
« comme un logo », par E.5131

"comme un logo", par E.5131

« comme un logo », par E.5131

///

Posted in en passant, images, journal/extrait Tagged with: , , ,

septembre 4th, 2013 by humtoks

 .

[[[ pour s’abonner aux publications de ce site… (format RSS) : clic ! ]]]
.

///

Bah ça alors© -204-

///

et le voilà, le E., face à elle, trois ans plus tard.

lui et sa vision anormale, double, précaire, qui lui pompe tant d’énergie, parfois au-delà de ses forces, pour « un piètre résultat visuel »… (ce sont ses mots, à elle, elle vient d’achever le test…).

elle et sa capacité à le ramener dans la normalité, à lui faire redécouvrir la vision binoculaire (s’il l’a connue, ce qui n’est pas certain), à quitter son monde, à lui…

trois ans plus tard.

il aura mis trois ans à revenir, le temps que la réflexion aboutisse, le temps que l’énergie bouffée par l’œil et la cervelle bouffe tout le reste…

— qu’avez-vous fait pendant ces trois années ?
— je ne suis pas très… médical… et puis il y a cette discussion que nous avions eue…
— oui, je me souviens… vous ne vouliez pas perdre votre… « vision du monde »…
— oui.
— pourquoi êtes-vous là ?
— je suis fatigué. je n’en peux plus. je ferme un œil de plus en plus tôt dans la journée, pour pouvoir y voir, encore… avec l’autre. je suis fatigué.
— je vous l’avais dit que vous reviendriez…
— oui.
— qu’on n’irait pas vous chercher dans la rue…
— oui.
— bah voilà.
— bah oui.

le E. pense à « sa vision du monde »… que deviendra-t-elle ?

et Lagrande qui a tout suivi, tout compris, alors qu’il quitte la maison pour se rendre à son premier rendez-vous, qui lui lance :

— adieu, papa !

va savoir…

///

et le voilà, le E., face à elle, trois ans plus tard…

///

« vision du monde » ©E.5131

« vision du monde » ©E.5131

///

Posted in Bah ça alors©, bio, images, journal/extrait Tagged with: , , , ,

avril 21st, 2013 by humtoks

[[[ pour s’abonner aux publications de ce site… (format RSS) : clic ! ]]]
.

///

Périgueux, Le Sans Réserve, 12.04.2013

« Syn-Anton » ©E.5131

« Syn-Anton » ©E.5131

///

Posted in images, Syn-, Treponem Pal Tagged with: , , , , , ,

avril 15th, 2013 by humtoks

[[[ pour s’abonner aux publications de ce site… (format RSS) : clic ! ]]]
.

///

Périgueux, Le Sans Réserve, 12.04.2013

« El Marto / Treponem Pal » ©E.5131

« El Marto / Treponem Pal » ©E.5131

///

Posted in images, Treponem Pal Tagged with: , , ,