novembre 30th, 2012 by humtoks

[[[ pour s’abonner aux publications de ce site… (format RSS) : clic ! ]]]

Vendredi 30 Novembre 2012

« dans les coulisses -2-« 

.
il se murmure que les deux reprennent les pourparlers…
on ne parle pas ici des deux guignols en mal de pouvoir
(on ne va pas recompter les bisous échangés)
mais du Syn- et du E.

quoi ?
sûrement ce qui n’est pas attendu…
toujours est-il que le E. écrit.

///

"Syn- / E." © C.Tertre

///

Posted in dans les coulisses, journal/extrait Tagged with: , ,

novembre 10th, 2012 by humtoks

.
ça avance ?
ça avance toujours

est-ce que ça progresse ?
c’est une autre question…

toujours est-il que l’aventure a débuté il y a 20 ans…

///

.
c’est la première partie des années 90…
The Subdued Light existe et joue

renommé « les petits-enfants du Velvet » dans un article du journal du coin, poitevin, ça fait plaisir…

oui, le Velvet, Iggy Stooge, Noir Desir dans les bagages…
on joue avec Cut, Miam, Les Hués, 4HQ…

à la radio, sur les K7 : Nirvana, The Jesus Lizard, Ministry, Rage against the Machine, Pearl Jam, I Mother Earth, Therapy ?, Rollins Band, The Dog Faced Hermans, Faith no More, etc.

.
la petite Marbella rouge transporte, sans nous maudire

les amplis, les guitares, basses
les batteries, celle de Federico (à la sensibilité jazz brasil) — Royan (17) —

puis celle d’Alex (sans sensibilité… tout à l’instinct, punk de chez punks… « ta gueuuule ! ») — Poitiers (86) —
qui pète ses baguettes toutes les deux répets
(le E. en a toujours une paire  – … –  en réserve, les soirs de concert…)
qui fout une rage et une puissance assez insaisissables dans la zique qu’Anton nous livre…
— les groupes « Les Vieilles Salopes« , « Emma Pils » et « Halal Vegan » utiliseront à plein cette énergie —

.
le groupe voit passer plusieurs bassistes

— le E. n’est pas capable de tenir ce rôle longtemps, surtout en concert —

un gars vient l’insulter sur scène, un soir, au Caveau…

(Festival Pirate organisé par Tapio-K — Stephanie et Mathilde…)
mais c’est le E. qui tient le micro — détail que l’animal mal poli aurait dû prendre en compte avant de
l’interpeler, avec ces vilains mots…

alors…
alors, ce sont les mots du E. qui retentissent, dans le Caveau, en guise de réponse…
 très très cons (déjà, encore, toujours ?)…

.
Franck, le dernier bassiste fait évoluer le groupe vers des lignes originales et surtout plus techniques…

et s’associe parfaitement au binôme-siamois que forment Anton et Yann.

arrive ce qui arrive dans beaucoup de groupes : la fin — 95 –

— on reviendra sur cette période, riche, exaltante, les rencontres… les soirées… la recherche… les tâtonnements… la vie de groupe… —

///

le E. entame une nouvelle vie : 20 mois qui le transforment en profondeur…

Anton entame aussi sa transformation… la guitare, plusieurs heures par jour — parlez-en à Madame Point… vivions sous le même toit, même espace sonore… —

le E. écrit : 1er roman… la nuit.

sommes séparés par nos activités, mais vivons ensemble…
nous retrouvons le soir à l’appart ou au Confort Moderne
et grandissons… et poursuivons les découvertes artistiques, musicales…

le E. suit le travail d’Anton mais découvre pleinement une nouvelle dimension
lorsque celui-ci intègre une troupe de théâtreux, peinturlureurs (Renaud Paumero), auteur(e)s (Agnès Castel)…
Syn- est en train de naître…
Prasca naît de la rencontre de ces 3 passionné-e-s…

.
entre-temps Anton a rencontré Phil, de Von Magnet… rencontre marquante, indélébile, qui creuse un sillon, laisse son empreinte… durable…

///

ce soir,
je suis bien placé, dans la salle

j’adore ce livre et Agnès l’a adapté pour le théâtre avec talent…
Fahrenheit (451)

la zique est signée Anton (Syn- n’est pas loin…)
de la guitare, oui et il commence à pencher sérieusement vers l’électronique
ils sont un paquet, à cette époque à tenter l’aventure…
dès ses premiers morceaux, il a déjà sa manière de faire… l’autodidacte…

et lorsque retentit sur scène « Propaganda », je sais que nous n’en avons pas fini, tous les deux
que nous travaillerons de nouveau ensemble, autrement…

 

///

« Fahrenheit » © Renaud Paumero

 ///

Posted in bio, dans les coulisses, journal/extrait, Syn-, textes Tagged with: , , , ,

novembre 3rd, 2012 by humtoks

.

[bandcamp width=350 height=350 album=674088856 size=large bgcol=333333 linkcol=e32c14 minimal=true track=2124911400]

.

un coffre de voiture qui s’ouvre
les bagnoles filent, effleurent le trottoir sale
les moteurs emplissent l’espace
place de centre-ville
d’une toute petite ville

un carton à la forme signifiante
.
une guitare classique (ou folk, peut-être bien…), noire
étincelante et noire

Anton a 15 ans
le E. va en avoir 18…

l’autre guitare
toujours chez le E.
sur laquelle il joue (et s’hypnotise lui-même…) toujours
— qu’éprouvent les enfants qui traversent la maison, ou y ont fixé leur nid —
qui l’accompagne
c’est Jean, son oncle, qui la lui a offerte
il avait 5 ou 6 ans…

on n’imagine pas l’influence d’un cadeau sur une vie, sur des vies…

le coffre ouvert, cadeau — le sien / la sienne !
et la vie d’Anton qui prend une direction nouvelle…

deux leçons plus tard
— môsieur est indécrottablement un autodidacte —
nous commencerons à composer, écrire…

///

une après-midi, nous sommes seuls à la maison
les VHS se succèdent : Woodstock, Hendrix, Toronto 69, Bo Diddley…
il lance un défi :
il s’agit d’écrire un texte en une demi-heure

une contrainte : « sang » !

.
le E. intègre sa pièce, au 2ème étage, petite fenêtre
vue sur Poitiers, sur la voie ferrée, en contre-bas
L’Escalier du Diable…
(ça ne s’invente pas…)

il accouche du premier texte écrit sous ce signe-là…
Anton compose la musique
et ce jour-là, The Subdued Light naît.

une voie s’entrouvre
— pour ce qui concerne les « textes à musique »
car pour les formes longues, c’est la langue maternelle qui règne —

le texte écrit en français…

mais/et
percutant, comme le roc…

.
une voie s’entrouvre
un fil avec lequel le E. renouera plus tard
(Anton sera à l’origine de ce coup-là, aussi…)
dix ans plus tard…

(à suivre… : ici, oui, t’as qu’à cliquer !)

 

Video : Bo Diddley, Toronto 1969.

///

« Syn- et le E.5131 » ©

///

Posted in bio, dans les coulisses, itw/portrait, journal/extrait, Syn-, textes Tagged with: , , , , ,

octobre 14th, 2012 by humtoks

.
c’est la fameuse histoire du… « virtuel ».

on se rencontre sur des plateformes, on se découvre des intérêts communs (car on n’est pas arrivé là par hasard : des auteurs, des zicos, des photographes, vidéastes, etc., des multi-talents aussi… des oreilles, des yeux, des plumes…), on en vient même à créer ensemble…

les projets sont nombreux, certains aboutiront, d’autres pas.
certains sont sur la bonne voie, d’autres patinent.
mais les liens sont là.

ces liens… ceux dont « on » dit qu’ils sont « virtuels »…
virtuels… hein, Agathe, ça te fait pas marrer ce mot ?

virtuels… hein, Chel !
virtuels… hein… Ropa, Véronique (L’œil), Leslie T., Regina, Meursault, Erwan Larher, Ninja, Alice, Luigi&Tess, Sigouline, Kram Hiat, Cynthia, Peush, Elsa(muse), Sushina, Carbocci, Mademoiselle L, Mariexxme, Flora, Hervé, Joachim, Strombo, Stphn Plcht, Marin, Laurent, Julien, Staef, Jeremy, Lilas, Sebastien, Guillaume, Acker, Cynthia, Anne, Maya, Amaya, Aurélien, Léo, Ma Radio chérie Beaub’FM, Marc, Patrick, Norbert, Edouard, Kat, Nuit Close, Emmanuelle, Erica… et même Andy qui n’est pas mon ami (nous avons connu quelques « censures ? » communes…).

virtuels… alors que c’est aussi le seul moyen de tenir le lien encore, vif… avec celui, celle, que l’on voyait tous les jours et qui vivant plus loin, n’est plus si souvent autour de la table, un verre à la main… Paulette aka… et Paumero, Thomas, et Cécile.

virtuels… alors que c’est la simple continuité du réel, mais à distance… (c’est que… j’entendais Red Mouse — entre autres — manifester son mécontentement…). Syn-Anton.

« virtuels »… et d’autres perdus de vue, avec le temps…
(des SandyLouna, des AceofSpades, des Sallymara, des Fred,
Gnap, Anélodie, Batdaf, etc.)
comme dans « la vraie vie », finalement…

.
alors, au nom du virtuel, Agathe, et grâce à Norbert Gabriel (à l’origine de l’idée — autre lien virtuel…), nous nous offrons cet échange…

tu y présentes une Association qui te/nous tient à cœur…

Alfée Compagnie !

et toi, lecteur « virtuel » d’un personnage « multiple et virtuel », si tu veux lire notre échange, c’est là : Alfée Compagnie sur « le blog du doigt dans l’œil »

///

Posted in itw/portrait Tagged with: , , , , , , , , ,

octobre 5th, 2012 by humtoks

.
[[[ pour s’abonner aux publications de ce site… (format RSS) : clic ! ]]]
.

///

.
Retour sur la manifestation Front de Gauche & Co
Du 30 Septembre 2012, de Nation à la Place d’Italie.
NON à l’austérité !

///

« l’Homme en gris pourrait la mettre au clou
préfère la mettre au point… »
©E.5131 (Manolo on Juliet, Syn- / E.5131)

le titre « La Machine »… et sa course folle, inconsidérée, en écoute…
le lien vers « La Machine » <– c’est là, tu cliques ?

« crée… et non produis… » ©E.5131

///

« lever le poing » ©E.5131

« lever le poing » ©E.5131

///

Posted in images, promenade, Syn- Tagged with: , , , , , ,

septembre 29th, 2012 by humtoks

.
livraison ce matin, avant l’apéro…
autour d’un doigt dans l’œil.

publication dans la foulée…

le E. chronique le nouvel album de TREPONEM PAL.

le E. fait des bisous à son Syn-
qui le lui rend bien.

oui, c’est comme ça et les cochons seront bien gardés.

pour lire la chronique, tu cliques là : CHRONIQUE TREPO !!!

salut !

E.

///

Posted in chronique le cd, Treponem Pal Tagged with: , , ,

septembre 19th, 2012 by humtoks

[[[ pour s’abonner aux publications de ce site… (format RSS) : clic ! ]]]
.

///

.
(…)
ça tourne en boucle

ça vrille
imprime la cadence
en sourdine
en silence
mais là (…)

///

« SYN- » ©E.5131

« SYN- » ©E.5131

///

Posted in images, Syn-, textes Tagged with: , ,

juin 3rd, 2012 by humtoks

.

le E. et le Syn- revisitent les Bitleusses
et font rire leur môman.

rue : publique
appareil : Syn-esque ou E.ien ?
rôles : parfois interchangeables
noir et blanc  : tout à fait iPhoto-dieux…

bouennasse festayou ! (avec une ‘tite chanson’…
on pourrait dire une ‘tite mélodie’…).

///

Posted in bio, images, journal/extrait, promenade Tagged with: , , ,

mai 31st, 2012 by humtoks

et je n’ai pas hésité une seule seconde…
la beauté en diable
là, sous mes yeux !

j’ai sauté sur l’appareil
dans le plus simple appareil
lui, dans un drôle d’appareil

et j’ai cliqué, cliqué, hé !
Syn-Anton, pour qu’il
comprenne…

///

« tu dois contrôler, maîtriser, ton image, maintenant…

t’es le gars à la basse, chez Trepo… tu vois ?

un vrai dur ! ok…?
l’gars qui sourit pas, quoi !!!
l’gars qui rigole jamais, qui tape sur tout c’qui bouge…
ok…
et puis l’habit, quoi… le vêtement…!

y’t faut du cuir, du noir, d’la chemise… hein ? tu piges ? »


et là, qu’est-ce que j’vois ?

/// napi bourthday, brother ! ///

« Syn- clockwork -Orange »©E.5131

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

///

Posted in images, journal/extrait, textes, Treponem Pal Tagged with: , ,

mai 4th, 2012 by humtoks

« journal/extrait » 2012-05-04 / E.5131

 

ce jour-là,
début juillet 1998,
l’arrivée, sur le quai de la gare de Maubeuge, était modérément
enthousiaste…

certes,
Iggy Pop jouait là, venu faire son « american caesar », mais nous n’étions pas, Madame Point et moi, venus pour lui…

le ciel était chargé et, d’ailleurs, jamais nous ne vîmes de clair de lune, à Maubeuge…
il pleuvait des cordes et des lacets… les autochtones nous assuraient qu’il faisait beau pour la saison (juillet…).

nous venions pour chercher un nid… et accueillir quelques mois plus tard, Lagrande.

concernant les logements en location, les agences immobilières tenaient deux dossiers :

celui pour les clients potentiels au chômage
celui pour les profs ou gendarmes mutés là, pas le choix, avec libération du lieu dans les trois ans…

pour nous, ce fut trois mois…

mais revenons sur le quai de la gare…

la france s’apprêtait à disputer une place en finale et l’italie serait malchanceuse… il était écrit, et je le réécris là, ce soir, que nous vivrions les dix dernières minutes dans un bar, en face de la gare, à notre retour sur Paris. la barre transversale et le hurlement de joie, la délivrance (pas la libération) dans toute la capitale !

sur le quai de la gare (retour à Maubeuge…), personne.
nous avançons.
c’est l’inconnu, une ville, une région où nous devons poser les valises. nous nous raviserons. la région, oui… cette ville, à ce moment-là, ça n’était pas possible. j’ai beaucoup écrit, à l’époque. un roman… inachevé. un de plus. à l’époque, on enregistrait les fichiers sur des disquettes… je fabriquais des trucs à manger en vitesse aussi, et passais beaucoup le balai et la serpillère le matin vers 7H… à 600km de là, le reste de la semaine… mais c’est une autre histoire…

sur le quai, personne.
dans le hall (de la gare de Maubeuge…), personne. nous avançons.
sommes sur le trottoir, prêts à quitter la gare quand une fourgonnette arrive. à l’avant, jay-jay johanson.
je m’arrête.
interdit.
je pose le sac à dos.
nous avons rendez-vous

dans un quart d’heure, dans une agence immobilière… merde !

la porte arrière s’ouvre et déboulent trois mecs. rieurs. ils devaient se raconter des blagues… même jay-jay johanson avait le sourire… jay jay que le Syn- a interviewé à Poitiers, à peu près à la même époque…

ils nous regardent, Madame Point et moi. ils savent que je les ai reconnus. ils ont lu sur mes lèvres, dans mes yeux : les Beastie Boys.
nous avons rendez-vous

dans un quart d’heure, dans une agence immobilière… re-merde !

je voudrais prendre un café, discuter. ils l’ont compris et rient.

je leur dis « hello », quoi d’autre… un geste de la main… salut… et nous y allons. nous avançons vers la ville… cinquante mètres et je me retourne, ils nous regardent encore, sur le trottoir, avec de grands gestes, rires aux lèvres…

oui, rendez-vous. j’aurais bien pris un café, une bière… pour débuter cette journée. eux pour l’achever…?

c’était comme une invitation, ces trois clowns sur le trottoir, la gare de Maubeuge dans leur dos…

///

ce soir, plutôt que le dixième texte « la campagne », ce sera un souvenir… une pensée. une hum.eur maussade…

Adam Yauch est parti. les Beastie Boys ne sont plus que deux…
pourquoi cette tristesse ? le cœur qui se tord… ?
on pense aux siens… oui, et on pense aux autres…

incroyable cette part que peuvent prendre certains, malgré soi…!

E.

///

le morceau enregistré sur VHS qui passait en boucle, à cette époque-là, chez Madame Point, Syn- et le E. :

http://youtu.be/m-V6eXlDK2E

(Adam Yauch et sa basse à 1’52… terrible !!!)

///

Posted in bio, journal/extrait, les hum.eurs du sieur E., promenade, textes Tagged with: , , , , ,