Category: bio

juin 28th, 2012 by humtoks

« Bref  – les news de Lagrande (2) » / 2012-06-28

Deuxième appel en cinq jours, j’appelle ça du harcèlement !

– Allô, chérie…?

La main sur le micro :

—  C’est Lagrande ! oui, elle appelle… oui !
— Deux fois en trois jours ? y a un problème ?
 — J’sais pas… boh, non… y a pas d’raison… Elle doit se dire qu’elle a pas filé beaucoup de nouvelles : elle veut se racheter avant de revenir…

Clin d’œil…

— Allô, chérie ?!!!
— Ouais, salut p’pa !
— Salut… ça va ?
— Tu sais le stage… en août ?
— Ouais…
— Faut que tu renvoies le coupon et le chèque ! va plus y avoir de place…!
— Ah ?
— D’accord ? tu le fais, hein ?
— Bah…
— Tu dis pas que tu le fais et puis t’oublies dès que t’as raccroché, hein ?
— Mais…
— Tu te rappelles…? Le stage en mars… coupon, chèque…
— Bêh…
— Ouais, bêh…
— Et ça va ?
— Ouais, ouais, ça va…

Yeux interrogateurs.

— Et… ça va-ça va ? ça va-bien ? ça va-très bien ?
— Ah ? mais ça va super bien !!! bisous !

Cling.

— Bon, bah, bisous, alors…

Bah ça alors©

©E.5131

///

Posted in Bah ça alors©, bio, textes Tagged with: , ,

juin 26th, 2012 by humtoks

« bref. sans blague… »

et voici des nouvelles de Lagrande, partie, sans bruit, avec ses 13 ans, à 700 kilomètres d’ici !

– oui, pas une nouvelle depuis son départ…
– non !
– si…
– depuis trois jours ?
– oui…
– et vous n’appelez pas ?
– non.

et voici des nouvelles de Lagrande, partie, sans bruit, à 700 kilomètres d’ici !
en ce soir de troisième jour.

le téléphone sonne. je regarde l’écran : « Lagrande »…
je décroche, ravi. (tout de même…).

– salut p’pa ! tu peux m’envoyer l’adresse de papi et mamie par sms, steup’ ! merci ! ciao !!!
– …

j’en conclus que ça va.

Bah ça alors©

///

///

Posted in Bah ça alors©, bio, textes Tagged with:

juin 3rd, 2012 by humtoks

.

le E. et le Syn- revisitent les Bitleusses
et font rire leur môman.

rue : publique
appareil : Syn-esque ou E.ien ?
rôles : parfois interchangeables
noir et blanc  : tout à fait iPhoto-dieux…

bouennasse festayou ! (avec une ‘tite chanson’…
on pourrait dire une ‘tite mélodie’…).

///

Posted in bio, images, journal/extrait, promenade Tagged with: , , ,

mai 4th, 2012 by humtoks

« journal/extrait » 2012-05-04 / E.5131

 

ce jour-là,
début juillet 1998,
l’arrivée, sur le quai de la gare de Maubeuge, était modérément
enthousiaste…

certes,
Iggy Pop jouait là, venu faire son « american caesar », mais nous n’étions pas, Madame Point et moi, venus pour lui…

le ciel était chargé et, d’ailleurs, jamais nous ne vîmes de clair de lune, à Maubeuge…
il pleuvait des cordes et des lacets… les autochtones nous assuraient qu’il faisait beau pour la saison (juillet…).

nous venions pour chercher un nid… et accueillir quelques mois plus tard, Lagrande.

concernant les logements en location, les agences immobilières tenaient deux dossiers :

celui pour les clients potentiels au chômage
celui pour les profs ou gendarmes mutés là, pas le choix, avec libération du lieu dans les trois ans…

pour nous, ce fut trois mois…

mais revenons sur le quai de la gare…

la france s’apprêtait à disputer une place en finale et l’italie serait malchanceuse… il était écrit, et je le réécris là, ce soir, que nous vivrions les dix dernières minutes dans un bar, en face de la gare, à notre retour sur Paris. la barre transversale et le hurlement de joie, la délivrance (pas la libération) dans toute la capitale !

sur le quai de la gare (retour à Maubeuge…), personne.
nous avançons.
c’est l’inconnu, une ville, une région où nous devons poser les valises. nous nous raviserons. la région, oui… cette ville, à ce moment-là, ça n’était pas possible. j’ai beaucoup écrit, à l’époque. un roman… inachevé. un de plus. à l’époque, on enregistrait les fichiers sur des disquettes… je fabriquais des trucs à manger en vitesse aussi, et passais beaucoup le balai et la serpillère le matin vers 7H… à 600km de là, le reste de la semaine… mais c’est une autre histoire…

sur le quai, personne.
dans le hall (de la gare de Maubeuge…), personne. nous avançons.
sommes sur le trottoir, prêts à quitter la gare quand une fourgonnette arrive. à l’avant, jay-jay johanson.
je m’arrête.
interdit.
je pose le sac à dos.
nous avons rendez-vous

dans un quart d’heure, dans une agence immobilière… merde !

la porte arrière s’ouvre et déboulent trois mecs. rieurs. ils devaient se raconter des blagues… même jay-jay johanson avait le sourire… jay jay que le Syn- a interviewé à Poitiers, à peu près à la même époque…

ils nous regardent, Madame Point et moi. ils savent que je les ai reconnus. ils ont lu sur mes lèvres, dans mes yeux : les Beastie Boys.
nous avons rendez-vous

dans un quart d’heure, dans une agence immobilière… re-merde !

je voudrais prendre un café, discuter. ils l’ont compris et rient.

je leur dis « hello », quoi d’autre… un geste de la main… salut… et nous y allons. nous avançons vers la ville… cinquante mètres et je me retourne, ils nous regardent encore, sur le trottoir, avec de grands gestes, rires aux lèvres…

oui, rendez-vous. j’aurais bien pris un café, une bière… pour débuter cette journée. eux pour l’achever…?

c’était comme une invitation, ces trois clowns sur le trottoir, la gare de Maubeuge dans leur dos…

///

ce soir, plutôt que le dixième texte « la campagne », ce sera un souvenir… une pensée. une hum.eur maussade…

Adam Yauch est parti. les Beastie Boys ne sont plus que deux…
pourquoi cette tristesse ? le cœur qui se tord… ?
on pense aux siens… oui, et on pense aux autres…

incroyable cette part que peuvent prendre certains, malgré soi…!

E.

///

le morceau enregistré sur VHS qui passait en boucle, à cette époque-là, chez Madame Point, Syn- et le E. :

http://youtu.be/m-V6eXlDK2E

(Adam Yauch et sa basse à 1’52… terrible !!!)

///

Posted in bio, journal/extrait, les hum.eurs du sieur E., promenade, textes Tagged with: , , , , ,

janvier 1st, 2012 by humtoks


 » Le mot du 1 vers le 2″ 2012-01-01 / Hum Toks, E.5131 et Bah ça alors©

Plus que le début d’année de l’année nouvelle importe peut-être la fin de l’année révolue. Des notes, des nuances, de minuscules turbulences saisies qui indiquent peut-être mieux que les premières minutes du nouveau jour la trajectoire non pas à suivre mais à fabriquer.

/// T’es gentil, tu ôtes tous ces « peut-être »… ici on affirme. /// (dixit mon coach(e) perso…).

Je commence l’année sur les chapeaux de la roue du paon car j’ai fini l’année aux commandes du char victorieux. Non César, je ne te salue pas et je t’emmerde ! De jeunes lecteurs ou très vieux ou très côté de ma main qui écrit ne comprendraient pas que j’utilise d’autres mots et expressions, plus ou moins inconvenantes, mais sache que je les pense et que je ne te souhaite rien de bon, connard ! Toi et tes amis, dans le même panier… dévorez-vous !

Mon char victorieux vint à bout, donc, en fin d’année, d’Aliasse Lamoyenne au jeu du « faut danser comme la silhouette à l’écran sur des musiques que toi, gars de l’underground, tu connais pas» en lui faisant croire qu’il y avait un énorme gâteau au chocolat sur la petite table, dans son dos (pas à la silhouette mais à Aliasse).

J’écrasai ensuite Lagrande lors d’un combat de catch parce qu’elle est trop forte au judo et qu’il fallait bien que je la bloque, vu qu’elle court beaucoup trop vite. J’ai entendu craquer mon dos, un peu (dame à la harpe, bonjour, des vibrations…).

J’ai entendu Toupetitou se défendre d’avoir un « w » dans son vrai prénom et insister sur le « r », qu’il roule à l’infini comme s’il voulait en faire une sarbacane pour se projeter plus loin encore.

J’ai passé la matinée seul jusqu’à midi. À écrire. À passer commande, presque. Des pièces de LT. LT, celle qui nous surnomme la « foutue famille » car elle n’oublie pas le compère, Tonton Tonio, Oncle Syn-, le prêtre-punk. À réfléchir aux résolutions (je reprends le cours de la phrase « J’ai passé la matinée… ») annoncées à mon voisin de l’île imaginaire, il y a quelques jours. Il m’envoie des bizzareries, je lui réponds avec des bizzareries.

La famille Bah ça alors© se repose. Ils prennent des forces pour me filer des idées, de l’inspiration, des petits faits qui prendront sous ma plume de tordu, de debilitum vulgarium, les reflets fidèles que Dame Sigou affectionne. Des histoires qu’on se raconte, de part et d’autre d’un comptoir, avec Paulette.

Je porte aujourd’hui un t-shirt (et des couleurs !) que m’a porté le père noël, que j’avais commandé et sur lequel se noue bien des intrigues, des interrogations, des malentendus, des simplifications dangereuses, pauvres, dénuées de sens plein. Je le porterai ce soir, le présenterai à Supermouse, Raide Mousse, la fille à l’aspirateur, etc. Elle est à même de comprendre, dans sa nuance, le port de ce vêtement. Jugera ni rapidement, ni dans le temps. Ne jugera pas, d’ailleurs. Se contentera d’imaginer… Les deux faces de toute image…

Avant son arrivée, Madame Point est déjà dans la pièce. Ses mots s’échappent de la bouche d’Aliasse qui s’affaire sur un jeu : « Moi, j’aime pas utiliser les notices et les modes d’emploi. Alors je ne les lis pas ! ». T’as raison, ma chérie : FUCK ! Accompagner un enfant, c’est lui apprendre à ne pas dire « merde »… et à dire « merde, chié, fuck, non, ta gueule ! ». On ne dit pas merci parce qu’il est des relations qui rendent ce mot inutile, parce que ça coule de source, tombe sous le sens. On se tutoie parce qu’on se respecte, même sans se connaître encore, et on vouvoie celui qu’on veut garder à distance…

J’ai laissé 2011 dans un carton que j’ouvrirai quand besoin se fera sentir et j’accueille 2012, à la porte d’entrée, qui a bien voulu faire l’effort de sonner, de ne pas entrer comme si tout lui était permis. Je ne le lui aurais pas reproché cet acte insensé, fou, car j’aime tout autant l’attitude inverse : celle qui consiste à bousculer. Je lui prends la main, la fait entrer, lui dis mes résolutions. De temps à autre, dans son dos, apparaissent d’autres personnages, je les salue et salue ceux qui n’apparaissent pas ou pas encore, de Lisbonne ou d’ailleurs. Ils n’ont pas moins d’importance. Un tourbillon.

Nous vous souhaitons, à tous, ce que vous souhaitez pour vous, vos proches, notre monde.

///

Posted in Bah ça alors©, bio, journal/extrait, les hum.eurs du sieur E., textes Tagged with: , , , , , , , ,

octobre 13th, 2011 by humtoks

 .
Manolo on Juliet (Syn- / E.5131), en écoute, en 1 clic : écouter l’album.

.
« it’s a Syn- » ©E.5131

///

Posted in bio, images, promenade Tagged with: , ,

septembre 8th, 2011 by humtoks

 

« la ho » © E.5131

///

Posted in bio, images, promenade Tagged with: , ,

septembre 1st, 2011 by humtoks

 

« Aliasse sur la basse de Trepo » ©E.5131

///

Posted in bio, images, journal/extrait Tagged with: , , ,

août 31st, 2011 by humtoks

 

« E. » ©E.5131

///

Posted in bio, images, journal/extrait Tagged with: , , , , , ,

août 30th, 2011 by humtoks

.
Manolo on Juliet (Syn- / E.5131), en écoute, en 1 clic : écouter l’album.

///

« Syn- / E. » ©E.5131

///

Posted in bio, images Tagged with: , ,